Suis-je Charlie ?

Dans un précédent billet, j'affirme que "Je suis Charlie", puis dans un autre, "Je suis casher". J'aurais pu mettre "Je suis juif", ce qui revient au même. Des polémiques surgissent ici où là sur ce slogan largement récupéré par le "camp du bien", entendez par là les prêtres de la gauche française donneuse de leçons au monde entier.

Meurtri.jpg

- Meurtri par ces idéologues au pouvoir qui ont instrumentalisé le slogan "Je suis Charlie" ;

- Meurtri parce que les chrétiens dans le monde subissent les conséquences de "Charlie" (tous les prétextes sont bons pour les barbares) alors que les dessinateurs des caricatures se déclarent ouvertement athées ;

- Meurtri parce qu'on a presque oublié l'assassinat des juifs et des policiers ;

- Meurtri parce que les musulmans en France demandent la protection de leurs mosquées, alors que ce sont les juifs qui sont visés ;

- Meurtri parce que l'on va restreindre la liberté d'expression pour ne pas "heurter" certaines sensibilités, alors que l'on ne se préoccupe pas de celles des chrétiens, juifs ou autres ;

- Meurtri parce que les changements de fond nécessaires ne seront pas réalisés : restauration de l'autorité à l'école, application de la loi pour tous, arrêt des remises ou des allègements de peines pour les délictueux, application de la loi martiale pour les terroristes ;

- Meurtri parce qu'au lieu de prendre les bonnes mesures, on va encore injecter des millions dans certains "quartiers", si ceux-ci sont délabrés, il faudrait peut-être se demander pourquoi et par qui !

Alors quand je suis "Charlie", cela signifie que je défends la liberté de penser et d'expression, ni plus, ni moins. Cette liberté a été chèrement acquise par les protestants qui se sont battus avec d'autres pour l'obtenir. On attribue à Voltaire les propos suivants : "Je ne suis pas d'accord avec vous, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire".